A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Interview -

Pierre Rainero

les bijoux, riches de sens

Que ce soit au doigt, au cou ou au poignet, les pierres que l’on porte reflètent les multiples facettes de notre personnalité. LES BIJOUX peuvent avoir différentes significations. Pour parvenir à créer ces objets précieux, un minutieux travail de conception est nécessaire avant de lancer le processus de fabrication. A ce sujet, nous avons interrogé Pierre RAINERO, Directeur du patrimoine, de l’image et du style de Cartier Haute-Joaillerie.

Comment les bijoux sont-ils imaginés ?
Tout d’abord, les intervenants dans un projet baignent dans la culture de la maison et ont un accès permanent aux archives. Charge à eux de faire évoluer le style et de donner une expression contemporaine. Pour commencer à imaginer un bijou, un thème est lancé. A cette étape, on a des intentions créatives puis il y a un briefing sur les formes, les lignes, les volumes et sur d’autres notions comme l’aspect technique. Selon les objets, les défis de fabrication sont plus ou moins importants. Par exemple, sur la collection Cactus on désirait des volumes importants mais il y avait une préoccupation au niveau du poids, il a donc fallu gérer ce paramètre. Une fois finalisés, les dessins sont ensuite présentés et font l’objet de débats pour savoir si l’image de la maison est respectée ou pas. C’est une priorité.

La forme, la couleur et la grandeur des bijoux ont-elles une signification ?
Oui mais le bijou est apprécié et décodé en fonction de sa propre culture et aussi de son vécu personnel et relationnel.

Comment parvenez-vous à faire refléter la joie dans vos créations ?
La joie est liée à des couleurs chaudes, au mélange des teintes et au volume. Le côté abondant et généreux est un symbole de joie. Il y a également l’aspect ludique, je parle notamment d’éléments mobiles à la fois par l’effet rendu et l’effet tactile. Quand la femme caresse et anime les différentes parties mobiles de sa bague ou de son bracelet, ses gestes contribuent à l’aspect joyeux.

La joie est-elle présente dans chacune des réalisations ?
L’objet de joaillerie est porteur d’une notion de plaisir. C’est une manière de prolonger sa personnalité, de communiquer, de s’embellir et puis en général on marque des événements importants avec un bijou : la naissance d’un enfant, un mariage, une commémoration. Ce sont soit des achats personnels soit des objets que l’on offre et cette symbolique est liée à une sensation de bonheur.


Donc en fonction des événements, le bijou choisi ne sera pas le même ?
Non, effectivement. Il est très personnel. Une personne à la différence d’une autre peut considérer un bijou plus approprié à un événement. Ce n’est donc pas systématique, tous les bijoux n’ont pas les mêmes caractéristiques pour tout le monde. Chaque individu a une projection distincte.

Vous travaillez depuis près de 30 ans chez Cartier, quelle est la pièce la plus joyeuse que vous ayez vue ?
On a revisité les couleurs de l’Inde avec des pierres gravées et puis il y a la bague Perruque, conçue avec de petites boules d’or toutes articulées. Grâce à son jeu de lumière, elle est extrêmement joyeuse et plus récemment, il y a la collection Cactus.

Comment vous est venue l’idée de créer la collection Cactus ?
On voulait travailler un thème floral à notre manière et notre volonté était vraiment de proposer une collection originale et joyeuse.

Chaque cliente qui rentre dans l’une de vos boutiques ressort toujours joyeuse ?
Oui, on le souhaite ! Notre métier est d’apporter du plaisir et nous avons cette mission.

Les femmes cherchent à se procurer de la joie en achetant de plus en plus seules ?
En dehors des princesses et des reines qui pouvaient se le permettre dans des temps anciens, la grande évolution du siècle est effectivement l’achat de pièces pour elles-mêmes. Ce changement a commencé avec des personnes privilégiées puis cette tendance s’est généralisée avec l’indépendance financière des femmes qui travaillent et on en est ravi !

Propos recueillis par Anouk Julien-Blanco

Bracelet Cactus, or jaune, lapis lazuli, serti de 146 diamants.

Bague Cactus or jaune, émeraudes, cornalines, sertie d’un diamant.

Bague les Oiseaux Libérés, or rose, émeraudes, sertie de 162 diamants.

Collier Cactus, or jaune, émeraudes, serti de 204 diamants.

Bracelet Cactus, or jaune, chrysoprases, émeraudes, cornalines, sertie de diamants.

Bague Les Oiseaux Libérés, or gris, émeraudes, saphir, sertie de 147 diamants.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Jeux de pures formes

– Still Life – Jeux dePures Formes Un jardin botanique en dentelle de papier pour offrir un sublime écrin immaculé aux rêves de joaillerie et d’horlogerie du moment. La magie de l’origami dessine de savants pliages et découpages, les matières précieuses jouent avec les formes et les volumes dans une délicate chorégraphie végétale. Tout un […]

Frédéric Lenoir

Philosophe, auteur de nombreux essais, directeur de la rédaction du magazine « Le monde des religions » de 2004 à 2013, Frédéric Lenoir publie en 2015 « La puissance de la joie » aux éditions Fayard.

Nelly Saunier

Pour Nelly Saunier, plumassière, la joie est comme la chanson de Trenet. Aérienne et poétique, elle vole au-dessus de nos têtes à hauteur de rêverie.

Mode rabat-joie

Défilé de filles tristes, stylistes au bord du burn out, couleurs sombres, formes austères… Pourquoi la mode est-elle souvent atteinte de neurasthénie chronique ? Le désespoir ferait-il vendre ?


Retrouvez-nous