A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Interview -

Philippe Starck,

Créateur hors-normes 

Il est l'un des plus célèbres designers de la planète et imagine à sa façon le monde de demain. Il change nos montres, smartphones, couteaux, chaises, lampes, lunettes, chaussures, maisons, vélos, motos ou bateaux. Doté d’une obsession pour la perfection et d’une personnalité atypique, qui est vraiment Philippe Starck ? Rencontre.

Pourriez-vous nous dire ce qui vous caractérise, quel genre de personne êtes- vous ?
Je suis un créatif explorateur ou un explorateur créatif car j’ai passé ma vie à prendre beaucoup de risques et à explorer tous les territoires, toutes les altitudes, toutes les matières, tous les projets, toutes les propositions, toutes les philosophies, toutes les politiques.

Vous êtes un génie du design, quelles sont, selon vous, les qualités qui vous ont permis de vous démarquer ?
Je suis un créatif mais le design en soi ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse et ce que je sais faire d’une manière totalement polyvalente, c’est la créativité. J’utilise le design comme une application multidimensionnelle de la créativité, comme un moyen de communication. Comme un journaliste va écrire un article, un chanteur va interpréter une chanson ou un homme politique faire un discours, le design véhicule des propositions basées sur des paramètres non pas culturels ou esthétiques mais principalement philosophiques, politiques, sentimentaux et avant tout visionnaires.

Vous êtes donc un visionnaire ?

C’est mon métier. Cela pourrait sembler un peu prétentieux mais il a été prouvé avec le temps que toutes mes prédictions et propositions se sont réalisées dans des univers variés allant du bionisme, de l’éthique, l’organique, l’écologie à bien d’autres domaines.

D’où vous vient ce génie inventif ?

Je ne suis pas un génie, je ne suis ni Ptolémée, ni Einstein, ni Hawking, ni Galilée. Je suis simplement quelqu’un qui fait bien son travail, et dont les idées viennent d’origines diverses. Car la créativité est avant tout une maladie mentale issue d’une structure mentale un peu différente. Le cerveau est une machine chimique-électrique donc les structures mentales dépendent principalement de la proportion de matières grises et blanches ainsi que de la qualité et de l’architecture des jonctions des neurones. Il produit l’intelligence ainsi que la créativité et les deux n’ont d’ailleurs pas de rapport puisque je ne suis pas du tout intelligent mais je suis extraordinairement instinctif et créatif. C’est ainsi que l’on peut se retrouver dans une position difficile, être asocial et inadapté à la société avec une forme d’autisme, heureusement légère pour moi, qui vous force structurellement à penser autrement. On en comprend les raisons que plus tard : l’envie d’exister, de survivre, d’être aimé. On se sert notamment de ce qu’on a pu voir pendant sa jeunesse. Dans mon cas, mon père dessinait et fabriquait des avions, il travaillait avec un papier et un crayon. J’ai donc fait la même chose. Après, il y a des acquis très étonnants. Même si aujourd’hui, je refuse de m’attacher à toute forme de croyance, j’ai reçu une éducation religieuse assez lourde. J’ai su trier et garder quelques valeurs qui me paraissaient justes comme le partage ou le don. Créer, c’est justement donner à l’autre. Par ailleurs, il y a aussi une grande part de curiosité sur nous-même, l’espèce humaine, la beauté de son évolution et ses besoins. C’est là que l’explorateur peut se transformer en missionnaire, en explorateur-missionnaire ou en explorateur missionné.

Vous avez travaillé sur plus de 10 000 projets, quels sont les critères qui vous font accepter une mission ?
Il y a les projets dont je rêve, dont je suis l’initiateur puis ceux pour lesquels on me sollicite. Ces demandes passent au travers d’une grille d’exigence. Est-ce que ce projet va rendre la vie meilleure ? Qu’est ce que cela va apporter à la personne qui va utiliser l’objet ou vivre dans le lieu ? Je ne me réveille le matin que s’il y a un profit à l’humain, un profit à Nous, un profit à l’évolution : ce projet est-il vraiment intéressant et comment le réaliser d’une façon élégante, écologique et économique ? Les personnes qui viennent me voir avec un projet doivent partager mes valeurs d’honnêteté, de partage. Ensuite commence un processus que j’appelle la grille des exigences où l’élégance structurelle et l’éthique sont vitales. Les règles éthiques sont extrêmement coûteuses à respecter. On ne travaille pas pour tout ce qui peut tuer ou qui provient de l’argent sale, les armes, les alcools durs, le tabac, les jeux, la religion, et les compagnies pétrolières ou diamantaires.

Où et comment trouvez-vous votre inspiration ?

Avec ma femme, on ne vit pas en ville, on ne lit pas les journaux, on ne regarde pas la télé, on ne va pas dans les soirées, ni même au cinéma. On est installé au milieu de la forêt, du sable, de la mer, dans diverses maisons qui sont parfois des cabanes sans eau, ni électricité. En général, je travaille dans ma chambre en moyenne 14 heures par jour. Je dois voyager aussi, je suis obligé. C’est une torture, j’ai horreur de ça. Quand on connaît les voyages internes, les voyages externes paraissent un peu faibles.

Avez-vous une couleur que vous appréciez particulièrement ?
Répondre à cette question est aussi compliqué que de demander à un écrivain, un peintre ou un musicien quelle est sa lettre, teinte ou note préférée. Tout est couleur, partout. Les couleurs sont issues de la lumière et la lumière est tout puisque rien n’existe en dehors de la lumière. Il ne peut y avoir de préférences car tout fonctionne dans un ensemble, dans un système d’harmonie. Cependant on peut avoir de légères inclinaisons car une couleur a une signification. Pour ma part, j’aime bien le jaune citron acide qui est dynamique et précis.

Pour vos projets d’architecture, utilisez- vous des teintes en particulier ?
J’utilise tout. Je n’ai pas un style mais une logique. Que je fasse un méga yacht, une fusée, un hôtel, un restaurant ; tout dépend de la chanson interprétée et il y a plein de chansons différentes.

Où verriez-vous le prochain établissement de La Réserve ?
Je ne suis pas responsable de l’implantation des établissements La Réserve. Mais pour trouver le meilleur lieu, il faut se demander qui va à La Réserve. Et pour cela, il faut connaître son propriétaire. Michel Reybier est une personne à l’intelligence extrême doublée d’une vraie humanité qui s’exprime dans son sens de l’intemporalité et de la longévité. Il est doué d’un volant inertiel extraordinaire puisque vous pouvez lui dire n’importe quoi, il gardera toujours sa façon de penser et son éthique. Evidemment cette ré exion n’est pas monolithique, mais on peut se dire que les clients de La Réserve ressembleront à ce portrait. Donc la réelle question est : quels sont les pays qui peuvent accueillir des personnes comme celles-ci, quels sont les pays intelligents ?

Quand Philippe Starck ne travaille pas, que fait-il ?
Je n’arrête jamais de travailler. C’est la seule chose que je sais faire. Ma femme a essayé de me faire jouer au Monopoly ou à la belotte et j’ai cru que j’allais avoir un AVC. C’est contre ma nature, je ne comprends rien à ces jeux et encore moins à leur raison d’exister. En même temps que je m’acharnais, avec un vrai début de mal à la tête, pour savoir si j’allais acheter la rue de Rivoli ou la rue de la Paix, une petite voix intérieure me disait que j’aurais mieux fait de dessiner un immeuble plutôt que d’essayer d’en acheter un au Monopoly. »

Vous avez l’impression de perdre votre temps ?
Absolument, de façon cristalline et vertigineuse. Dessiner est assurément un des sports les plus drôles et des plus beaux. On ne demande rien à personne, on ne vole personne, il n’y a pas d’esclave, on fait tout soi-même avec son petit cerveau. On va creuser à l’intérieur de son subconscient, on fait émerger des choses. Alors, pourquoi s’embêter à taper dans un ballon ou battre des cartes. Je n’arrête jamais de travailler parce que c’est ce qu’il y a de plus passionnant.

Propos recueillis par Anouk Julien-Blanco

Images

Philippe Starck

©Bort

Starck bike with Moustache, Mass collection, Snow modèle

Caprice & Passion, Cassina © DR.

Lou Family, (Lou Think / Lou Read / Lou Speak / Lou Eat), Driade © DR.

Mi MIX 2, Xiaomi

Bon Jour Versailles, Baccarat x Flos © DR.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Raphaël Enthoven

L’excellence est-elle une fin en soi, un chemin qui se profile vers la performance ?

Goranka TANACKOVIC

Les progrès en matière de génome ont été fulgurants et on peut imaginer que dans un avenir proche, chacun aura accès à tout ou partie de ses informations personnelles.

Valentine Pozzi di Borgo

Étudiante, la créatrice de parfums était loin d’imaginer qu’elle serait rattrapée par un destin olfactif, qui renforcerait encore le lien qui l’unit à sa famille.

Xavier Romatet

Celui qui fut à la tête de Condé Nast France durant douze ans, confirme son leadership dans le secteur de la presse.


Retrouvez-nous