A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Art & création -

Feel good movies

Séquence émotion

Les Américains les considèrent comme un genre à part, les «feel good movies», des films qui font du BIEN et d’abord, font sourire. Pas forcément des chefs-d’œuvre du 7e art, même s’il y en a aussi, mais de vrais petits moments de bonheur sur grand écran. Quelle est la recette magique de ces petits bijoux anti-morosité ?

Jubilatoire… Voilà le point commun de tous ces films qui nous donnent envie d’applaudir et d’esquisser quelques pas de danse dès le générique de fin. Chaque happy end nous offre un shoot de bonne humeur qui nous transporte littéralement de joie. Au palmarès de la catégorie, on trouve d’abord des films des années 1950-1960, délicieusement vintage. Chantons sous la pluie, Certains l’aiment chaud ou My Fair Lady. Les comédies américaines de cette époque, souvent musicales, nous touchent parce qu’elles jouent sur la rétro-nostalgie d’une époque où tout semblait plus simple, plus facile, plus heureux. à la recherche d’un temps perdu couleur pastel comme dans Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy.


Comment ça marche ?

Mais le concept de feel good movie n’existait pas encore à cette époque. Il a pris forme depuis, dans des films contemporains de pays très différents. Mettons de côté les Christmas movies, un genre à part, trop souvent dégoulinant de bons sentiments, qui n’a pas vraiment sa place ici sauf exception, comme La Vie est Belle de Franck Capra. Parmi les films qui mettent en joie, la comédie musicale a toujours été une valeur sûre, avec Les Blues Brothers, Grease, Dirty Dancing ou Mamma Mia. Dans le buddy movie, une amitié indéfectible joue le premier rôle, citons Intouchables, Very Bad Trip et Bienvenue chez les Ch’tis entre autres. Mais pour le reste, ce sont des inclassables et


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

disons-le, souvent les meilleurs. Quoi de commun entre Cinema Paradiso, Slumdog Millionaire, Billy Elliott et Good Morning England ?

Le casting idéal

Même si les scénarios n’ont rien à voir, les films qui mettent en joie partagent certains ressorts et certains ingrédients. L’histoire met presque toujours en scène des héros ordinaires auxquels le spectateur s’identifie. Confrontés à des situations douloureuses, ils vont triompher grâce à leur humour, leur courage, leur audace et leur joie de vivre justement. L’émotion est toujours là, tempérée par une juste dose d’humour, la générosité et l’humanité aussi : quatre valeurs qui sont les quatre piliers du feel good movie. Mais ne nous y trompons pas, tout n’est pas rose dans l’histoire, bien au contraire. Tous ces films ont en commun une dimension dramatique à l’origine : la dureté du monde, l’intolérance, l’absurdité, la violence, la pauvreté, le chômage, la solitude… De Juno à Good Bye, Lenin!, d’Un jour sans fin à The Full Monty, de Little Miss Sunshine au Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, le réalisateur réussit à sublimer le tragique pour créer des histoires extraordinaires, où la légèreté et la joie de vivre gagnent toujours à la fin. Une happiness therapy modeste mais efficace pour réenchanter le quotidien. Ordonnance à renouveler à raison d’une séance une fois par semaine, aucun risque de dépasser la dose prescrite…


Par Anne-Marie Clerc



Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

© 20th Century Fox

© Acacia Films

© 20th Century Fox

© Warner Bros. Entertainment Inc
Tous droits réservés

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Frédéric Lenoir

Philosophe, auteur de nombreux essais, directeur de la rédaction du magazine « Le monde des religions » de 2004 à 2013, Frédéric Lenoir publie en 2015 « La puissance de la joie » aux éditions Fayard.

Nelly Saunier

Pour Nelly Saunier, plumassière, la joie est comme la chanson de Trenet. Aérienne et poétique, elle vole au-dessus de nos têtes à hauteur de rêverie.

Mode rabat-joie

Défilé de filles tristes, stylistes au bord du burn out, couleurs sombres, formes austères… Pourquoi la mode est-elle souvent atteinte de neurasthénie chronique ? Le désespoir ferait-il vendre ?

Alain Prost

Après une brillante carrière et quatre titres de champion du monde de Formule 1, Alain Prost, 61 ans, profite pleinement de son existence au bord du lac Léman, en Suisse. Durant ses années de gloire, les moments de joie ont été multiples et à présent même si ses priorités ont changé…


Retrouvez-nous