A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Portfolio -

Joe Bunni

Océans d’émotions

Docteur en chirurgie dentaire, photographe passionné et défenseur du monde MARIN, Joe Bunni ramène de ses expéditions des images époustouflantes qui témoignent de la BEAUTE  sauvage et éveillent les consciences à sa fragilité.

En 2011, il reçoit le très prestigieux prix Wildlife Photographer of the Year de BBC Veolia Environnement pour «Sa majesté l’ours polaire», photographie impressionnante qui fait le tour de la planète. La même année, il publie «+ ou - 5 mètres», aux éditions SOS OCÉANS, livre qui sera offert au G20 à tous les chefs d’État. Lors de la COP 21, son travail est consacré par une exposition parisienne à la Géode et dans la foulée, la chaîne de télévision Arte lui commande une série documentaire qui touchera plusieurs millions de spectateurs. Belle reconnaissance pour ce chevalier de l’éco-conscience qui en 2006 créait « SOS Océans » avec quelques bénévoles, une association aujourd’hui soutenue par L’UNESCO et la Fondation Albert II de Monaco.

Les plus grandes joies de ce photographe hors normes, c’est sous le niveau de la mer qu’il les vit… avec ce requin baleine dont il retire l’hameçon et qui ne le lâche plus durant six heures, avec ce lamantin qui prend sa main pour qu’il le caresse, avec cette baleine bleue de trente trois mètres qui le fixe de ses petits yeux après lui avoir imposé de quelques battements de nageoires, une distance de sécurité. Et que dire du célèbre moment de grâce qu’il partage avec l’un des prédateurs les plus puissants de la planète, cette jeune ourse polaire au tempérament joueur qui s’amuse avec lui comme un chiot,


se regardant dans le miroir de l’objectif, posant son nez sur l’appareil ! «Lorsque vous sortez de l’eau après de tels moments de connexion avec les animaux, vous pleurez» confie-t-il.
L’été dernier, Joe Bunni rencontre en Papouasie indonésienne une autre forme de joie tout aussi réjouissante. Il réussit à réunir treize chefs de villages réceptifs à l’idée de remettre en question la pratique locale et ancestrale de chasse à la tortue luth (menacée d’extinction) contre une aide à la création de chèvreries et pourquoi pas, de développer des parcs marins pour observer ces mammifères de 200 kilos sur des sites paradisiaques.

La joie ? Joe Bunni sait également la partager, notamment avec ses patients, bienheureux d’être soignés par le plus aventurier des chirurgiens dentistes, tout en regardant défiler, au plafond, des images qui font rêver !


Par Michèle Wouters


Ours polaire, Repulse Bay, Nunavut, Canada

Béluga ou baleine blanche, Mer blanche, Russie

Deux requins-baleines au coucher du soleil, Cenderawasih Bay, Raja Ampat. Indonésie

Cachalot, Açores, Portugal

Requins des Caraïbes, Caraïbes

Bébé phoque, appelé blanchon au Québec

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Luis Cavaco

À la manière d’un portraitiste, Laurent Baheux photographie l’animal dans son individualité, au cœur de son environnement naturel.

La plage de Pampelonne

La plage de Pampelonne comme au matin du monde…

Tejal Patni

Tejal Patni est un réalisateur photographe indien installé à Dubaï, à l’univers hypnotique teinté d’influences bollywoodiennes… Attention les yeux !

Carte blanche à la couleur

Jeune photographe française, Alice Pallot fait ses études en Suisse (ECAL) puis à la Cambre (Belgique), expose au Botanique et à LaVallée (Bruxelles), au pavillon Baltard (Nogent-sur-Marne) et collabore avec la « designer » Mariam Mazmishvili, lauréate du prix LVMH des jeunes diplômés. Pour La Réserve Paris, elle réalise une série délicieusement décalée.


Retrouvez-nous