A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Gastronomie -

Niels Rodin,

un zeste original

Sur les bords du Léman, au pied du Jura, Niels Rodin est un homme heureux. De ce qui n’était encore qu’une passion il y a 10 ans, il en a fait aujourd’hui un métier, il est agrumiculteur.

Quand nous pensons agrumes nous sommes transportés sous des latitudes chaudes et ensoleillées. Grossière erreur de croire que ces fruits aux jolies couleurs n’aiment que la Sicile, la Corse, le Brésil ou le Mexique… Ils savent aussi s’acclimater à des contrées plus inattendues comme un petit coin de campagne niché entre Lausanne et Genève. Les agrumes, une fascination pour Niels Rodin, épicurien de la vie. Après moult recherches pour acheter des yuzu, voilà 10 ans, impossible d’en trouver. Seule solution, planter des arbres. Dans le même temps, il déniche une serre pour leur faire passer l’hiver à l’abri du gel. Il ne connaît rien aux agrumes, à la manière de les cultiver, qu’à cela ne fasse, il se rassasie de littérature sur le sujet, épluche internet et en autodidacte apprend les gestes pour entretenir, greffer, cultiver. Il acquiert rapidement différentes sortes. Toutes résistent à la culture raisonnée qu’il tient à appliquer, on est bien loin d’une serre tropicale, ici pas de chaleur étouffante !

La passion prend de plus en plus de place dans sa vie, il ne se consacre plus qu’à ses cultures. Il faut dire qu’avec le temps, les plantations ont prospéré. La serre de ses débuts devient serre expérimentale tandis qu’une autre de 1 000 m2 est installée pour produire des agrumes des plus connus aux plus méconnus comme l’Ichang Lemon qui vient de Chine ou encore le blood lime d’Australie, la main de Bouddha, le citron caviar et bien sûr, le yuzu. Parmi les variétés uniques que Niels bichonne, la plus rare est le oni-yuzu qu’ils ne sont que quelques-uns à cultiver en Europe. 600 plants donnent plus de 150 variétés différentes dont 80 qui sont consacrées à la vente. L’ensemble des serres laisse présager un rendement de 2 tonnes environ sous 2 à 3 ans ! Quel destin inattendu ! Pour autant, si les choses s’accélèrent et se cadrent, Niels a toujours des rêves et des challenges à relever. Il ne déroge pas à sa volonté de ne pas surchauffer ses serres mais certains agrumes ne peuvent pas s’en accommoder. L’orange douce veut du soleil et de la chaleur, sinon pas de jolis fruits orange au bout de la branche ! Impossible n’est pas Niels, les oranges douces il y arrivera, avec un zeste de patience et beaucoup de passion !

www.nielsrodin.com

Images

Cédrat des îles de Brissago / Citron from the Brissago islands

© E. Heuberger

Citron Caviar

© E. Heuberger

Yuzu

© E. Heuberger

Combawa / Kaffir lime

© E. Heuberger

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Spécialités de montagne

Les recettes gourmandes emblématiques de la cuisine valaisanne sont de retour.

Jérôme Banctel

Jérôme Banctel dévoile sa vision de la gastronomie dans un très beau livre.

Des plats qui flattent les pupilles !

Quoi que vous dégustiez cela doit être primordialement bon. Mais… avant de porter la fourchette au palais, c’est l’œil qui est au « travail ». Plus il est flatté, plus l’envie de goûter est grande. En la matière, les chef(f)es des restaurants de LA RÉSERVE ont leurs idées…

La détente prend de la hauteur

– Bloc-notes – La détente prend de la hauteur Lâcher prise enfin, tout oublier et apprendre à ne rien faire… Tout un savoir-faire que l’hôtel Monte Rosa peut vous enseigner à la perfection. Il suffit de se prélasser au soleil sur la magnifique pelouse du grand jardin pour laisser ses pensées s’envoler. Savourer une glace […]


Retrouvez-nous