A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

Inès de la Fressange
AU TOP

Du haut de son 1,80 mètre, elle est aussi longue qu’éblouissante. Mais Inès n’est pas seulement parfaite physiquement parlant, elle est également une icône de la planète mode. Dotée d’un talent exceptionnel, elle sait reconnaître les tendances et détecter tout ce qui est esthétiquement attirant.

Inès de la Fressange a la chance incroyable d’allier sa passion à son métier. Depuis son adolescence, elle baigne dans le monde de la mode et de la beauté. On se souvient notamment d’Inès, la célèbre mannequin des années 80,  qui avait créé sa marque en 1991.

Aujourd’hui, après une bataille juridique de plus de vingt ans, elle a enfin récupéré l’usage commercial de son nom et vient d’ouvrir à Paris un concept-store dans lequel on trouve sa sélection de produits et ses créations, disponibles aussi sur son e-shop.

Inès, qui semble posséder le don d’ubiquité, rédige également une newsletter hebdomadaire «la lettre d’Inès», développe l’enseigne de souliers Roger Vivier, représente L’Oréal à travers le monde et dessine des collections pour la marque Uniqlo. A 58 ans, elle est une figure de style très influente.

Inès, quelle est votre définition de la beauté?

Une harmonie dans l’originalité, l’exceptionnel qui semble évident, le rare qui vous rappelle une chose connue. Le beau est paradoxal.

Qu’est-ce qui est beau selon vous?

Ce qui provoque une émotion de joie.

Qu’est-ce qui est laid ?

Ce qui évoque la grossièreté.

Vous êtes douée pour trouver ce qui est beau. D’où vous vient ce talent?

Le goût pour les métiers de la mode, la culture, les années mais aussi savoir que ce qui devient beau ne l’était pas forcément aux yeux de tous au départ. Ce qui sera peut-être un succès un jour peut déranger à la création. L’excellent n’est pas conventionnel et le génial rarement «déjà vu». Et puis, je viens d’une famille où l’on accordait plus d’importance aux talents artistiques qu’aux positions sociales. L’éducation passait par la découverte de la beauté.

Comment choisissez-vous les pièces de votre nouvelle boutique à Paris et de votre e-shop ?

Sans étude de marché et avec la confiance de mes investisseurs! La seule chose que je me demande est si je les achèterais moi-même et à ce prix.

Quels sont vos critères de sélection et de création?

Soit je les imagine car ils n’existent pas, soit j’en ai besoin, soit très spontanément je les désire.

Quelle est votre ligne créative?

J’essaye d’éviter les préjugés. Le luxe n’est pas forcément cher, les petites n’ont pas systématiquement besoin de talons, les formes sportives peuvent avoir des tissus sophistiqués, une jolie décoration ne nécessite pas que des objets précieux.

Comment arrivez-vous à percevoir les tendances?

En n’en tenant pas compte! Si on commence à suivre les tendances, c’est déjà trop tard.

La beauté a t-elle un prix?

Oui, le sens du risque.

Vous avez écrit un livre «La Parisienne», que signifie pour vous la «French touch» ?

En fait, ce style de la parisienne n’est pas mieux ou moins bien qu’un autre mais très particulier fait de mélanges pas forcément évidents ailleurs.

La beauté a t-elle une place importante dans notre société?

Oui, mais bizarrement et d’une façon assez hypocrite on n’en tient pas compte en France. Par exemple, une industrie fabriquant des produits électroménagers, automobiles, alimentaires ou autres, se pose des questions sur la gestion, le marketing, la distribution, bien avant de se soucier de la beauté de ses créations, de son originalité ou de sa créativité.

Inès, on a l’impression que le temps n’a aucune emprise sur vous. Comment faites-vous?

C’est gentil. Merci! En fait, j’accepte de changer.

Propos recueillis par Anouk Julien-Blanco

www.inesdelafressange.fr

Images

« Avec ma boutique, j’ai eu envie de donner aux clients le même sentiment que l’on a enfant quand on entre dans un magasin de jouets et que l’on a envie de tout ! », explique Inès de la Fressange.

©D.Maître

Inès de la Fressange

©A.D'Urso

En plein cœur du 7e arrondissement à Paris, l’espace choisi par Inès de la Fressange pour ouvrir sa boutique est une ancienne fonderie. 

© D.Maître

Inès de la Fressange

En plein cœur du 7e arrondissement à Paris, l’espace choisi par Inès de la Fressange pour ouvrir sa boutique est une ancienne fonderie. 

© D.Maître

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Le style Alexis Mabille

Espiègle et délicieusement frivole, la mode d’Alexis Mabille twiste les codes, se joue des styles et pétille sur les podiums.

Christian Dior

CHRISTIAN DIOR gardera toute sa vie comme un souvenir heureux le rose poudré de sa maison d’enfance à Granville, dont il dira qu’elle est « la plus douce des couleurs, celle de la joie et de la féminité. » Ajoutant que « chaque femme devrait avoir quelque chose de rose dans sa garde-robe ».

Les couleurs du luxe

Les plus grandes marques de luxe possèdent une COULEUR ICONIQUE, code largement décliné parfois dans les produits mais surtout dans la communication.

Les inspirations chromatiques de Maria Grazia Chiuri

Directrice Artistique des collections de haute couture, de prêt-à-porter et d’accessoires féminins de la Maison Dior, Maria Grazia Chiuri en interprète avec maestria les couleurs emblématiques.


Retrouvez-nous