A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Art & création -

Duy Anh Nhan Duc

Une nature réenchantée

Artiste botanique, Duy Anh Nhan Duc crée des œuvres d’art célestes à partir d’extraits de plantes pour des réalisations d’une fragilité et d’une beauté fascinantes.

Dans ses installations végétales fantasmagoriques, Duy Anh Nhan Duc repeint en or des graines d’érables et les transforme en libellules botaniques, compose des fresques à base d’écorces ou de lichen et des mandalas à partir de trèfles. Pour réenchanter le monde, l’artiste pare des coques de fruits de lotus de perles en cristal ou encore des œufs d’épines de rose. Alchimiste du naturel, il recrée de nouvelles curiosités végétales à partir de matières premières qui le fascinent. Sa favorite ? Le pissenlit. Ou plus précisément les aigrettes de pissenlit, celles qui s’envolent si facilement quand on souffle dessus… L’artiste la considère comme sa « kryptonite », celle qui lui évoque « toute la beauté du monde et en même temps sa grande fragilité. Symbole de liberté et de nature indomptée, c’est une plante qui fleurit sur la quasi totalité de la planète. Devant elle, on est rattrapé par un plaisir simple de l’enfance, celui de souffler dessus pour faire un vœu et voir s’envoler ses milliers d’aigrettes», commente-t-il.

La délicatesse avec laquelle il immortalise ses sculptures à partir de cette matière première si fragile fascine. Beauté et vulnérabilité de l’éphémère, Duy Anh Nhan Duc dompte le temps, tel un magicien, en enfermant ces plantes dans des ballons gonflables ou dans des flacons de verre, en mémoire des « beaux » souvenirs. Avec ces œuvres impossibles, le plasticien immortalise aussi l’excellence de la nature qui lui permet de vivre son passe-temps préféré : jouer au glaneur et passer ses journées en quête d’une matière première organique à l’apogée de sa beauté.

www.duyanhnhanduc.com

Par Katia Kulawick-Assante

Après une exposition à Venise et en solo à Paris, Duy Anh Nhan Duc prépare une œuvre pour la gare de La Courneuve, une des futures gares du Grand Paris Express, en tandem avec les architectes Chartier-Dalix, qui sera inaugurée pour les Jeux Olympiques de 2024.

Aigrettes de pissenlit, fresque végétale de Duy Anh Nhan Duc.
© L. Giliberto.

Air, fresque végétale de Duy Anh Nhan Duc.
© I. Chapuis.

© E. Orlando

Pissenlits, sculpture végétale de Duy Anh Nhan Duc.
© J. Jarossay.

Air, fresque végétale de Duy Anh Nhan Duc.
© I. Chapuis.

© E. Orlando

La valse des pissenlits, sculpture végétale par Duy Anh Nhan Duc.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


L’Atelier Renard

Depuis les années trente, les plus beaux cuirs du monde prennent forme à l’Atelier Renard, entre les mains de selliers experts.

L’énergie à son apogée

Face au panorama époustouflant sur les sommets alpins, on se sent comme boosté par une énergie nouvelle.

Le menu local

Le Victoria-Jungfrau propose à ses hôtes un menu local gourmand et passionnant.

La vie est belle

Le Bellevue Palace a imaginé une offre féminine exclusive.


Retrouvez-nous