A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Interview -

Carole Hubscher,

et ses traits de génie

Tout y est joliment présenté et parfaitement taillé, bienvenue dans la maison de Haute Écriture Caran d’Ache qui s’est dessinée un remarquable succès depuis plus d’un siècle. Derrière ces crayons, gouaches et stylos de qualité se cache une femme pour qui la destinée était presque toute tracée.

Être Présidente de Caran d’Ache, c’est d’abord une évidence héréditaire mais est-ce une envie que vous aviez depuis toujours ?
En 2012, quand mon père s’est arrêté de travailler, j’ai pris sa succession et depuis je suis vraiment épanouie dans mon travail. J’ai eu plusieurs expériences aux Etats-Unis et en Suisse mais la marque Caran d’Ache m’a toujours passionnée. Ce qui me plaît, ce sont ses produits et la diversité de ses clients. On s’adresse à des enfants, des adultes, des artistes amateurs ou con rmés et tous veulent s’offrir une belle plume.

Qu’avez-vous apporté à l’entreprise depuis que vous la dirigez ?
En interne, le Management a évolué vers plus de responsabilités pour chacun. A l’externe, la communication s’est développée avec un nouveau logo, une marque plus cohérente. Mon père était extrêmement discret mais moi je pars du principe qu’avec une histoire comme la nôtre, une excellente réputation dans le monde entier et une vraie manu- facture «swiss made», il faut parler de ces belles valeurs.

Pensez-vous que le succès de la marque est dû au « swiss made »?
Oui effectivement, ça y contribue beaucoup. Le savoir-faire qu’on a en Suisse et le niveau d’exigence en termes de qualité et de fabrication sont très importants et ces facteurs plaisent à nos clients.

Quels sont les derniers projets qui ont surpris et séduit vos clients ?
Il y a cinq ans, nous avons lancé des bars à couleurs, inspirés du monde de la cosmétique. Chacun peut créer son propre assortiment de crayons, feutres, teintes de peinture.

Picasso utilisait vos crayons et plus récemment Barack Obama a été vu avec un stylo Caran d’Ache à la main, c’est une incroyable publicité pour vous...

Oui, on a la chance et le plaisir de compter un panel de personnalités parmi nos clients. C’est clairement une fierté.

À une époque où l’on ne communique presque plus que par les écrans, vendre des stylos est un business difficile ?
Forcément, c’est une concurrence mais c’est complémentaire. Je ne connais personne qui n’a pas son stylo en poche pour écrire une petite note rapide, une jolie lettre, un mot de remerciement... Aujourd’hui, on ne peut plus se passer des nouvelles technologies mais des crayons non plus !

Propos recueillis par Anouk Julien-Blanco

ÉRIC VITUS

LE « MONSIEUR COULEUR »

DE CARAN D’ACHE

Éric Vitus est responsable du laboratoire de recherche et développement des couleurs chez Caran d’Ache depuis 27 ans.

Le maquillage a-t-il le pouvoir de rendre belles toutes les femmes ?
Ce serait une erreur de le croire, il y a une vraie inégalité devant la beauté, mais toutes peuvent trouver leur style, ce qui est beaucoup plus important. Yves Saint Laurent se plaisait à répéter que l’essentiel est de « cultiver son style, sans se préoccuper des dictats de la mode ».

Votre marque, By Terry, développe une approche « couture » de la beauté.
J’ai inventé le concept de « Haute Couleur », qui est à la beauté ce que la haute couture est à la mode. Et toutes les huit semaines, je sors une collection de mes inspirations chromatiques en série très limitée ; c’est mon défilé « haute couture » à moi ! Pour les clientes qui le souhaitent, je crée également des fards sur mesure, adaptant au « micron près » la texture et la teinte qui conviennent à leurs carnations, à leurs types de peaux et à leurs visages. C’est un luxe fou... et tellement agréable !

Votre nouvel espace situé, à la Galerie Véro-Dodat, re ète votre amour de la cosmétique, de la couleur mais aussi de l’architecture d’intérieur...
C’est un peu ma maison. Je l’ai imaginée dans un esprit « life style ». On y trouve mes meubles, mes collections, des objets, des accessoires, des bijoux que j’aime comme les sautoirs « Preciosity » de Loulou de la Falaise. Je rêvais d’un endroit où décliner toutes mes passions et tous les aspects de la féminité, autour de la couleur.

 

 

Images

Séchage de capsules de Supracolor

©Caran d'Ache

Emballage des Pastels Cubes

©Caran d'Ache

Carole Hubscher

©Caran d'Ache

Remplissage des paniers de mines de graphite pour le trempage

©Caran d'Ache

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Une histoire liée depuis toujours à l’alpinisme

Avant de devenir le lieu de charme où vous aimez séjourner, l’établissement était en 1853 un modeste chalet en bois.

Le restaurant s’offre un nouveau décor

Le Mont Cervin Palace a revisité la décoration de sa table “Le Restaurant” en proposant une ambiance aux couleurs chaudes et accueillantes qui sont non sans rappeler les doux coloris de la nature alentour au fil des saisons.

Entre terre et mer à la montagne !

Le Crans Ambassador innove pour cette nouvelle saison hivernale en proposant une offre qui réunit les meilleurs produits de la terre et de la mer pour les déjeuners.

Capital jeunesse, un art de vivre !

Dans la magnifique station d’Interlaken, on peut conjuguer les plaisirs des sports de montagne aux programmes Nescens Better-aging au sein du Spa Nescens du Victoria-Jungfrau Grand Hotel & Spa.


Retrouvez-nous