A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Interview -

Alain Prost

Sa famille, une victoire

Après une brillante carrière et QUATRE TITRES de champion du monde de Formule 1, ALAIN PROST, 61 ans, profite pleinement de son existence au bord du lac Léman, en Suisse. Durant ses années de gloire, les moments de joie ont été multiples et à présent même si ses priorités ont changé, son bonheur reste intact. Ses fils, Sacha, Nicolas et l’épouse de ce dernier, Delphine, aux commandes d’une marque de vêtements, sont tous très proches de lui.

Quand on a été quadruple champion du monde de F1, on imagine qu’il s’agit du moment le plus joyeux dans une vie professionnelle, est-ce le cas ?
Alain – Remporter quatre titres de champion du monde de Formule 1 m’a procuré des émotions qui sont difficiles à définir avec des mots mais dans tous les cas, elles sont extrêmes. Après cette période, je suis heureux d’avoir pu relever de nombreux challenges qui m’ont fait connaître des expériences différentes.


Quand on arrête un sport après avoir atteint un tel niveau, est-ce difficile de revenir à une vie normale, à des moments de joie plus banals ?
Alain – Sur un plan sportif il est impossible de retrouver une telle adrénaline après une carrière en Formule 1. On réussit à trouver de sensations différentes dans d’autres sports comme le vélo par exemple. Dans ma vie personnelle, j’ai toujours apprécié les moments simples et surtout ceux partagés en famille.


Si je vous demande quel a été votre moment le plus joyeux dans votre carrière, lequel choisiriez-vous ?
Alain – C’est une globalité. D’avoir réalisé tout ce que j’ai accompli mais aussi d’être passé à travers les accidents ! Si je devais choisir un seul évènement, ce serait le Grand-Prix d’Adélaïde en 1986. Cette victoire m’a offert mon deuxième titre de champion du Monde et j’en garde un fabuleux souvenir. 

A chaque apparition, vous semblez toujours être un homme épanoui, avez-vous une conception particulière de la vie ?
Alain – J’essaie de profiter de la vie le plus possible. Je partage mon temps entre mes passions, le sport et la famille. Tout est une question d’équilibre.


Vous êtes une famille qui donne l’impression d’être extrêmement heureuse et soudée, comment l’expliquez-vous ?

Sacha – Nous avons toujours eu des liens très forts. J’ai l’impression d’avoir toujours partagé beaucoup de choses avec mon frère Nico. Depuis notre enfance, il m’a beaucoup appris. Quand Delphine est arrivée, elle est vite devenue comme une sœur pour moi. Nous passons beaucoup de temps ensemble et on s’entend vraiment bien.

prost_article_1

Alain Prost a transmis à ses enfants sa passion pour la F1 © G-M Zimmermann

Quelles sont les valeurs que votre père vous a transmises ?
Nicolas – Le perfectionnisme très certainement. Il est connu pour cela en tant que pilote de Formule 1 et cette détermination à faire les choses jusqu’au bout

est transmissible dans tous les domaines.

Quels souvenirs gardez-vous des victoires de votre père en F1, comment la joie était-elle vécue ?
Nicolas – Lorsque mon père courrait je n’avais pas le droit de regarder les courses en direct. Mais je me rappelle de chaque victoire comme des moments de grande fierté.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Delphine avec son mari Nicolas (à droite) et Sacha le frère de ce dernier (à gauche). © G-M Zimmermann

Pouvez-vous me citer un souvenir joyeux en particulier que vous avez vécu en famille et qui vous a marqué ?
Delphine – La saison dernière lorsque Nicolas a gagné la course de Formule E à Miami, nous étions tous ensemble pour célébrer sa victoire. La compétition a ce pouvoir de faire vibrer et de déclencher des émotions uniques. Ce sont des moments magiques.

A présent, quels sont vos centres d’intérêt qui vous rendent joyeux ?
Alain – Incontestablement la famille. Mes enfants et maintenant, mes petits-enfants. Les centres d’intérêt évoluent avec le temps et je suis toujours à la recherche de nouvelles expériences.

Vous avez créé votre marque de vêtements, 8Js, en famille, est-ce une volonté ou un hasard ?
Delphine – Il y a un peu des deux. Disons qu’à partir du moment où nous avons eu l’idée de créer 8Js, il était évident que ce serait ensemble. Nous avons chacun notre domaine de prédilection et nos compétences sont très complémentaires.

Après deux années d’existence, où en est votre marque 8Js ?
Sacha – La marque a beaucoup évolué et nous aussi ! Nous avons pris le temps de choisir les magasins les plus renommés pour représenter 8Js. Des points de vente tels que Bongénie et Harrods nous ont fait confiance et continuent d’accompagner le développement de la marque. Nous construisons un nom, 8Js, qui doit refléter nos valeurs. Je pense que nous avons une approche un peu à l’ancienne dans le développement de  l’entreprise. Nous prenons le temps de bâtir la marque sur des fondations solides.

Quels sont vos envies et vos projets ?
Sacha – Ma plus grande fierté serait de voir 8Js s’établir comme une marque de référence dans le sportswear chic pour l’homme mais aussi pour la femme et l’enfant. Je vais tout faire pour y parvenir.

Alain, êtes-vous fiers de vos enfants ?
Alain – Oui, complètement ! Quel que soit leur choix professionnel et leur réussite. Cependant je suis très heureux que Nicolas et Sacha aient trouvé leur voie en travaillant ensemble.

Propos recueillis par Anouk Julien-Blanco

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Frédéric Lenoir

Philosophe, auteur de nombreux essais, directeur de la rédaction du magazine « Le monde des religions » de 2004 à 2013, Frédéric Lenoir publie en 2015 « La puissance de la joie » aux éditions Fayard.

Nelly Saunier

Pour Nelly Saunier, plumassière, la joie est comme la chanson de Trenet. Aérienne et poétique, elle vole au-dessus de nos têtes à hauteur de rêverie.

Mode rabat-joie

Défilé de filles tristes, stylistes au bord du burn out, couleurs sombres, formes austères… Pourquoi la mode est-elle souvent atteinte de neurasthénie chronique ? Le désespoir ferait-il vendre ?

Pierre Rainero

Que ce soit au doigt, au cou ou au poignet, les pierres que l’on porte reflètent les multiples facettes de notre personnalité. Les bijoux peuvent avoir différentes significations. A ce sujet, nous avons interrogé Pierre Rainero, Directeur du patrimoine, de l’image et du style de Cartier Haute-Joaillerie.


Retrouvez-nous