A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

Vincent Perez

Saisir la grâce de l'instant

Après ses études de photographie à Vevey, Vincent Perez prend le chemin du théâtre et du cinéma. Des années plus tard, il retrouve un carton de photos oubliées et sa passion renaît, impatiente... Depuis, il ne cesse de promener son œil sur le monde et les êtres pour en saisir l’âme, la grâce, la beauté.

Vincent Perez

Vincent Perez

Au cinéma ou sur une photographie, la beauté procède-telle de la même alchimie ?

Derrière une caméra ou un appareil photo, je cherche toujours le moment de vérité où quelque chose se passe. Cette fraction de seconde où l’être en face de moi sort de lui pour se rapprocher de ce qu’il est, profondément à cet instant. C’est de ce lâcher prise que surgit la beauté.

Vos portraits sont habités de regards intenses, presque déstabilisants. Comment captez-vous cette émotion?

Ce qui m’intéresse est le voile qui tombe. J’essaie de créer une intimité afin de me connecter au sujet et partager quelque chose de profond. C’est ce qui s’est passé avec Johnny. Ce n’est pas la star que j’ai photographiée mais l’individu, car c’est lui qui me touche. D’ailleurs il est rare de le voir se donner à ce point sur une photo. 

Johnny Hallyday

Johnny Hallyday

Avec Michel Bouquet nous avons parlé, ri et pleuré dans sa loge. Nous avons vécu un moment fort. Quant à la photo du mannequin russe «Tanya», elle a été prise après son sublime numéro de pose, au moment où elle se laisse aller à un coup de fatigue. Son regard dévoile alors une vérité toute nue qui nous traverse, nous transperce. C’est ce vertige que j’aime saisir.

Quels sont vos projets ?

Je prépare un livre de portraits sur les russes du 21e siècle. Je joue «Les liaisons dangereuses» au théâtre avec ma chère Dominique Blanc. Et le film que je porte depuis 8 ans: « Alone in Berlin » avec Emma Thompson et Brendan Gleeson Nielsen, doit sortir courant 2016. Tout cela signe le début d’un nouveau chapitre de ma vie…

Propos recueillis par Michèle Wouters

Photographie extraite d'une série sur les oeuvres d'art accidentelles dans les villes.

Vahina Giocante

Jean-Paul Gaultier

Michel Bouquet

Johnny Hallyday

Tanya

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Tejal Patni

Tejal Patni est un réalisateur photographe indien installé à Dubaï, à l’univers hypnotique teinté d’influences bollywoodiennes… Attention les yeux !

Carte blanche à la couleur

Jeune photographe française, Alice Pallot fait ses études en Suisse (ECAL) puis à la Cambre (Belgique), expose au Botanique et à LaVallée (Bruxelles), au pavillon Baltard (Nogent-sur-Marne) et collabore avec la « designer » Mariam Mazmishvili, lauréate du prix LVMH des jeunes diplômés. Pour La Réserve Paris, elle réalise une série délicieusement décalée.

Charles Pépin

Philosophe, écrivain et journaliste, Charles Pépin est l’auteur d’une dizaine de livres traduits dans le monde. A travers « Quand la beauté nous sauve », il nous invite à lever les yeux sur la beauté, pour mieux nous rencontrer.

Franck Sorbier, l’art & la lumière

Franck Sorbier,l’art et la lumière Poète de la Haute CoutureLors d’un dîner entre amis, le couturier Franck Sorbier rencontre Laurent Vernat, Marketing Manager chez Intel, à la recherche d’artistes souhaitant développer des projets liés aux hautes technologies dans le cadre du programme « The creator project ». Le courant passe si bien que quelques mois plus tard, la […]


Retrouvez-nous