A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Œnologie -

Tony Parker
& Michel Reybier

La rencontre évidente

La rencontre entre la figure majeure du sport international et l’entrepreneur visionnaire fut tout de suite une évidence sur le terrain de l’audace et de l’excellence. Très vite, elle s’est transformée en association gagnante, qui devrait donner de beaux fruits. Des raisins, en l’occurrence, promis à un avenir « rosé ». En duo de meneurs, TONY PARKER et MICHEL REYBIER partagent le destin du Château La Mascaronne. Le vignoble accroché aux collines de Provence peut désormais rêver de conquérir le monde…

_

Au-delà de leurs personnalités discrètes et charismatiques, les prestigieux ambassadeurs du Château La Mascaronne se retrouvent autour de la passion du vin. Pour Michel Reybier déjà à la tête de Cos d’Estournel, du Champagne Michel Reybier et de l’historique vignoble hongrois Tokaj Hétszölö, il s’agit d’un amour de longue date. Pour Tony Parker, la découverte du monde de Bacchus est un plaisir épicurien, lié à la gastronomie. Pourquoi La Mascaronne ? À en croire Michel Reybier, ce domaine est spécial, très spécial… « Je cherchais depuis longtemps une propriété viticole en Provence » précise-t-il, « région que j’affectionne entre toutes car je suis installé à Ramatuelle depuis quarante ans. Mais rien de ce que je visitais ne me séduisait, jusqu’au jour où je suis tombé sur ce joyau. Le coup de cœur fut tel que j’ai décidé de l’acquérir l’après-midi même, en 2020. Tout m’emballait, sa configuration, son charme, sa biodiversité… Cette impression positive n’a fait que se confirmer lorsque j’ai découvert la qualité du travail réalisé par Nathalie Longefay sur les vignes et le vin, qu’elle poursuit d’ailleurs avec nous en tant que Directrice Technique œnologue. » De son côté, Tony Parker n’en est pas à ses débuts sur le terrain de l’entrepreneuriat. Actionnaire majoritaire et président du club de basket de l’Asvel Lyon-Villeurbanne et du club féminin du Lyon Asvel, il est l’heureux propriétaire de la société de remontées mécaniques de la station de ski Villard-de-Lans et n’hésite pas à enfiler sa casquette de coach pour accompagner la reconversion de sportifs de haut niveau. Au Château La Mascaronne, le vigneron chic et décontracté n’a pas l’intention de jouer les figurants. « Je mûris depuis longtemps l’idée de m’investir dans le vin » confirme-t-il. « Et je le ferai comme tout ce que j’entreprends : à fond. C’est dans ma nature de sportif d’aller au bout des choses. J’ai vraiment envie d’apprendre, de découvrir les subtilités liées à la production d’un grand vin et aussi, de m’ancrer un peu plus en France, sur ce terroir provençal que j’adore. »

Porté par l’expérience, l’élégance, le perfectionnisme et la réussite du prestigieux duo, le futur s’annonce décidément « rose » pour La Mascaronne dont « le vin exceptionnel mérite que nous l’emmenions très loin » concluent d’une seule voix Michel Reybier et Tony Parker.

Bienvenue au château
Avec ses soixante hectares de vignes certifiées bio et plantées en restanques autour d’une bastide typiquement provençale, La Mascaronne déploie ses charmes à trois cent mètres d’altitude, avantagée par son microclimat. Issu à 100% des vignes de la propriété - ce qui est plutôt rare et justifie l’appellation « Château » - son raisin est vendangé à la main aux premières heures du jour et trié par deux fois, « excellence oblige » souligne Nathalie Longefay.

Le rosé de Provence a le vent en poupe ? On l’associe aux vacances, à l’été, à la joie, à la légèreté ? Tant mieux ! Il n’en est pas moins un grand vin lorsqu’il est produit dans les règles de l’art. Château La Mascaronne est un nectar structuré, subtile, complexe, qui a du fond et de la consistance, fruit d’un terroir béni des Dieux, d’une biodiversité unique et du travail minutieux de l’homme.

  • Sa robe ? Rose pâle, lumineuse et parée de reflets argentés.
  • Son nez ? Il exhale des arômes de pêche, d’abricot et de fleurs blanches.
  • En bouche ? Sa rondeur, son élégance, sa gourmandise et sa fraîcheur s’expriment au travers de notes d’agrumes teintées de sensations fruitées.
  • Quand ?  Toute l’année, il est irrésistible à l’apéritif, accompagne idéalement un poisson grillé, un carpaccio de Saint-Jacques, une glace, des fraises… et adore les ambiances décontractées, détendues, festives.
  • A quelle température ? L’idéal est de le déguster à dix degrés pour en apprécier tous les arômes, sans glaçons bien sûr !
  • Plus si affinité ? Il conserve sa saveur intacte après un ou deux ans de garde.

_

Propos recueillis par Michèle Wouters
Photos © G. Gardette - S. Clavel

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. L’alcool ne doit pas être consommé par les femmes enceintes.
© G. Gardette

© G. Gardette

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Louis-Philippe Dalembert

Romancier et poète prolixe, Louis-Philippe Dalembert est inspiré par les situations chaotiques, qu’elles soient politiques ou créées par des catastrophes naturelles. Sa naissance en Haïti a sans doute façonné sa grande sensibilité à la fragilité des êtres et des choses.

L’écrin qui a vu et fait l’histoire

Bellevue Palace – Bern

Sensations fortes à Crans

Crans Ambassador – Crans-Montana

L’âme des pionniers

Hotel Monte Rosa – Zermatt


Retrouvez-nous