A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Interview -

Olivier Nusse

Tout pour la musique

 
 

Le streaming est une véritable révolution dans l’univers musical. Le PDG d’Universal Music France est un mélomane qui n’a pas froid aux oreilles. Optimiste pour l’avenir dans un secteur en pleine mutation, Olivier Nusse veut que le marché poursuive son développement et que son entreprise continue à être rythmée de succès.

Vous avez un métier qui fait rêver, quel est le profil d’un dirigeant comme vous ?
Il faut être passionné, curieux et se laisser surprendre par les tendances qui émergent en ayant suffisamment d’ouverture d’esprit pour pouvoir prendre des paris sur des projets. Cela demande à comprendre et imaginer ce qu’une création peut générer comme émotion et la façon dont elle peut toucher le public.

Aujourd’hui, le talent d’un artiste ne fait pas tout ?
L’un des facteurs importants est l’univers des artistes. A travers leurs créations, ils transmettent leur sensibilité et leur parcours. Avec les réseaux sociaux, la facilité à produire des contenus permet également d’enrichir leur image.

Combien de projets recevez-vous chaque jour ?
Aujourd’hui, beaucoup de découvertes se font via les réseaux sociaux et aussi sur scène, en allant voir se produire des artistes encore inconnus. La musique évolue mais le métier reste très artisanal.

Quel est le style musical qui fonctionne le mieux ?
Cela dépend des usages de consommation. Si on compare les ventes physiques (CD ou vinyle) par rapport à ce qui est consommé en streaming, on n’obtient pas les mêmes résultats. Avec le streaming, la rémunération se fait au nombre d’écoutes mais la différence est qu’un adolescent va écouter de nombreuses fois le même titre, ce qui n’est pas le cas pour une personne de 50 ans. C’est donc le jeune public amateur de musique urbaine qui génère la plus grosse part des revenus du streaming. En ce qui concerne les ventes physiques, la variété française arrive en tête.

Comment avez-vous surmonté l’effondrement du marché du disque dû à l’émergence du streaming ?
On travaille différemment, de façon beaucoup plus organique. On a fait évoluer nos équipes qui sont essentiellement concentrées sur la création et les stratégies digitales. Avant, il fallait être bien placé dans les magasins, aujourd’hui il est primordial d’être dans les playlists. Finalement, on n’a pas vu le digital comme un danger mais comme l’opportunité de pouvoir analyser en direct les réactions du public envers nos artistes. Il y a quelques années, on investissait lourdement sur le marketing avant de savoir si l’artiste allait plaire, à présent ce n’est plus le cas.

Les plateformes musicales ont besoin des maisons de disques contrairement aux plateformes vidéo qui produisent elles-mêmes du contenu ?
Tout à fait, notre catalogue est incontournable et aucun acteur dans le secteur pourrait se passer de nous, c’est notre force.

Quelles vont être les prochaines innovations dans l’univers musical ?
L’évolution est constante. Il y a aujourd’hui de nouveaux usages comme les enceintes connectées. Il s’agit d’enceintes dont les demandes se font vocalement et la première demande, devant la météo, est la musique. Cet usage touche un public plus large avec des répertoires différents. C’est une innovation qui est en train d’exploser et elle permet à la musique d’être toujours plus consommée.

Propos recueillis par Anouk Julien-Blanco
Photos © Universal Music et © T. Vesalainen



Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Nouvelle terrasse plein sud, plein air, plein soleil

La nouvelle terrasse de l’hôtel a tout pour devenir le haut lieu des meilleurs moments.

Remise en forme en plein air

Les coachs du Spa Nescens ont mille idées pour vous remettre en pleine forme.

Saveurs fraîches au Noumi

Ce nouveau spot gourmand tendance affiche une architecture contemporaine épurée.

Un été sportif en pleine nature

Séjourner dans la demeure du propriétaire donne accès à certains privilèges…


Retrouvez-nous