A Michel Reybier Hospitality edition

Par mots-clés

Par numéro de parution

- Mode -

Le fabuleux destin de
Carine Roitfeld

Ancienne mannequin, ex-rédactrice en chef de Vogue, muse de Tom Ford, elle a fondé son propre magazine « CR Fashion Book », est à la tête de son propre label et a lancé une marque de parfums. LA STYLISTE SUPERSTAR, qui était très proche de Karl Lagerfeld, est également devenue consultante de la marque du célèbre couturier. CARINE ROITFELD est une source d’inspiration dans la mode. Autodidacte, elle est à la fois fascinante et iconique. Rencontre.

Comment expliquez-vous cette frénésie autour de vous ?
Je ne l’explique pas ! Je suis une personne très simple dans la vie de tous les jours. C’est terrible quand on vous dit que vous êtes une légende, ça fait très vieux je trouve mais les gens n’ont pas peur de moi, ils me demandent sans aucun problème des selfies dans la rue ! (rires)

Votre style tant adulé, comment le définissez-vous ?
Je porte des vêtements assez classiques, je n’aime pas ce qui se remarque, cela vient peut-être de mon éducation française. Je préfère porter un trench-coat et laisser deviner ce qu’il y a en dessous plutôt que de le montrer tout de suite. J’ai toujours un détail qui ne va pas. Je peux avoir un look tout noir avec des chaussures blanches ou une chemise blanche et des sous-vêtements noirs qui se voient ! Je n’aime pas les idées reçues. Pourquoi ne pourrait-on pas mettre des talons avec un jogging, une djellaba avec une veste Chanel, un t-shirt taille enfant pour qu’il soit plus court ou avoir les cheveux dans la figure ? J’aime qu’il y ait toujours une pointe rebelle.

Comment est né votre goût pour la mode ?
J’ai grandi dans le 16e arrondissement de Paris et ma mère était abonnée au magazine Elle. Ce sont les premières photos de mode que j’ai pu voir. Adolescente, l’idée de travailler dans ce milieu m’attirait. Un jour, j’ai eu par hasard l’opportunité de devenir mannequin et je me suis lancée. C’était une façon de mettre un pied dans la mode. En 1977, j’ai commencé à écrire des articles pour la presse et j’ai tout appris par moi-même !

Comment avez-vous réussi à avancer dans ce milieu connu pour ne pas être facile ?
Le plus difficile pour moi a été d’avouer à mes parents que je voulais travailler dans la mode ! J’étais une excellente élève à l’école et à l’époque évoluer dans ce milieu était mal vu.

Qu’est-ce qui vous plait particulièrement dans la mode ?
J’ai beaucoup d’idées et j’aime trouver des pièces originales, mélanger les styles pour que le résultat soit étonnant. Dans la mode, il faut être créatif et j’adore ça !

Quel a été le déclic qui a lancé votre carrière ?
J’ai longtemps collaboré avec le photographe Mario Testino et j’ai voulu apporter un style nouveau dans les shootings. Pour moi, une fille se ronge les ongles, se tire les cheveux, descend son t-shirt sur sa jupe ! Montrer sur des photos toutes ces attitudes avec un côté hyper naturel, sexy et chic a beaucoup plu. Nos clichés d’un nouveau genre se sont faits rapidement remarquer.

Tout est allé ensuite très vite pour vous ?
Tom Ford a voulu que je fasse du consulting pour Gucci. Je suis devenue sa muse. Il me demandait tout le temps : « Comment porterais-tu ça ? » et je lui donnais mon avis. Les années ont passé, mon activité dans la mode s’est développée, non seulement en France mais aussi partout dans le monde puis le patron de Condé Nast, Jonathan Newhouse, m’a proposé le poste de rédactrice en chef de Vogue Paris. L’aventure a duré dix ans.

Lancer une marque de mode aurait été une suite logique, pourtant vous avez décidé de créer votre marque de parfums, pourquoi ?
C’est vrai mais pour moi, les parfums apportent un vent de fraîcheur, c’est nouveau ! Je fais beaucoup de collaborations dans la mode donc ce côté déjà expérimenté ne me convenait pas.

Comment avez-vous vécu cette nouvelle expérience ?
Je suis très exigeante et je n’ai pas des goûts communs. Je n’aime pas les parfums sucrés, à la rose, à l’orange, je déteste le pamplemousse, bref tout ce qui est en rayon ne me plaît pas. Je me suis donc battue et j’ai travaillé avec trois nez pour créer des fragrances originales. J’ai voulu que cette collection provoque un choc donc j’ai fait des mélanges étonnants et je suis très fière du résultat. Avec mon fils, Vladimir, on s’est beaucoup investi dans cette nouvelle aventure !

Quelle est votre devise dans la vie ?
Il faut toujours surprendre, jamais aller là où on vous attend. Avec Karl Lagerfeld et Tom Ford, j’ai été à bonne école !

Propos recueillis par Anouk Julien-Blanco

 
 
 
 
 
 

Images

©  H. Slimane

© S. Faena

© S. Faena

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
«
»

Articles connexes


Soirées jazz

Vivez des dîners-concerts exceptionnels autour du jazz.

Spécialités de montagne

Les recettes gourmandes emblématiques de la cuisine valaisanne sont de retour.

La montagne à grand spectacle

Hypnotique ! La vue grandiose sur les sommets des Alpes suisses…

Traditions suisses en majesté

Le Bellevue Palace est un véritable pôle d’attraction pour toute la ville !


Retrouvez-nous